#Parlons2 #Décisions (Enfants)

Pour ce troisième article, je voudrais parler de : décisions

Ce sujet m’a été demandé par un ami avec qui j’ai eu une discussion : prendre une décision par rapport à ton couple quand tu as un ou des enfants ?

Attention, avant de commencer, je tiens à préciser : je sais qu’il n’est nullement facile de prendre une décision lorsqu’un enfant fait partie des paramètres à prendre en compte.

Cependant, on m’a dit un jour : comment peux-tu rendre ton entourage heureux si toi, tu ne l’es pas ?! (Réf : Sonia).

Alors, prenons comme exemple celui-ci :

‘ Partons du principe que j’ai un enfant. Mon couple va mal, au point d’avoir tout tenté mais aucun résultat. Je me pose donc plein de questions par rapport à ma situation personnelle. Je sais que je ne suis pas heureux et que ma conjointe ne l’est pas plus. Une question ressortira forcément de toutes mes interrogations : dois-je mettre fin à mon couple même si ça peut mettre en danger l’équilibre de mon enfant ? ’

Maintenant, je pose cette question : est-ce que l’équilibre de l’enfant n’est-il pas déjà en danger dans cette situation ?!

Je m’explique

L’enfant grandit avec ce regard innocent et attentif sur ce qui l’entoure. Tout cela définit en partie sa vision de sa vie future, de ses repères, de ce qu’il lui paraît normal ou non. Bien sûr avec le temps et de la maturité, il peut redéfinir parfois ses propres codes mais l’influence de ce qu’il a vu dans sa tendre enfance n’est jamais loin.

Un enfant ne peut comprendre une situation si on ne lui explique pas correctement les choses. Ainsi, une relation tendue entre ses parents peut lui paraître normal avec le risque de le reproduire plus tard.

Voilà pourquoi je me demande : Le mieux est-il d’avoir des parents tristes ensemble ?! Ou heureux séparés ?!

où je rejoins mon ami est sur le fait que lors d’une séparation, un des parents peut avoir un comportement puéril (souvent les hommes d’ailleurs mais cela vous concerne aussi mesdames). Au lieu de trouver un terrain d’entente, une guerre s’engage; plus personne n’est heureux : ni la mère, ni le père et surtout pas l’enfant.

Lorsque la colère et la vengeance prennent le pas, tout le monde souffre. Ainsi aveuglée, la personne ne peut plus prendre de recul par rapport à la situation et au bien être de tous.

La communication est importante dans un couple mais faut-il encore savoir ce que l’on désire vraiment vivre.

Je pense qu’il est plus qu’important de parler de sa vision du couple dès le début, pour ne pas se laisser tromper par l’euphorie des premiers jours.

Aussi, il faut savoir être honnête envers l’autre et soi-même pour ne pas piéger son partenaire et satisfaire une vision personnelle qui nuira par la suite à la relation.

Essentielle également avant et lors d’une séparation, la communication doit être accompagnée d’une bonne compréhension et écoute pour éviter parfois les ruptures brutales et compliquées.

Enfin, oui, un départ est vraiment difficile surtout lorsqu’un enfant est au milieu de tout cela mais n’est-il pas nécessaire cependant ?!

Vivre malheureux ensemble pour garder un semblant d’équilibre n’est peut-être pas la meilleure solution. Une prise de décision actée se joue parfois aussi sur un soupçon de courage.

Rester ensemble en finissant par vivre comme deux inconnus ne fera que retarder l’échéance mais on dit aussi que les beaux jours reviennent après l’orage alors…

Finalement, loin d’être un jeu d’enfant, seriez-vous capable de prendre cette décision ?!

Jarod Bones

4 commentaires sur “#Parlons2 #Décisions (Enfants)

Ajouter un commentaire

  1. Je vais faire rapide cette fois, parce que je suis trop claquée pour faire une thèse ce soir. Je ne parlerai qu’en mon nom bien sûr.

    Même si mon modèle familial ne contient aucunes séparations, et que pour moi un enfant doit grandir dans un foyer avec ses deux parents, oui je serais capable de prendre cette décision, parce qu’un enfant ressent toujours le malheur et le mal-être de ses parents, cela fait donc 3 personnes malheureuses inutilement.

    Maintenant, rien n’est jamais simple, et une séparation n’est pas toujours évidente. Pas toujours facile d’avoir les moyens de vivre seul avec un enfant, parfois c’est la peur de ne pas s’en sortir seul qui nous fait rester pour de mauvaises raisons.
    Mais je pense que notre plus gros problème actuel, c’est que les couples baissent bien trop vite les bras. On se dit trop vite qu’il est facile de se quitter et de recommencer autre chose, se séparer est devenu tellement banal, qu’on ne fait plus d’efforts pour que le couple fonctionne. L’amour ça s’entretient tous les jours, mais on l’oublie très vite, surtout lorsque les dures réalités de la vie nous rattrapent.

    Aimé par 1 personne

  2. Très dur comme décision. Et quel peut être le bon choix ? car malheureusement il n’y en n’a pas quand des enfants se trouvent déchirés entre deux parents qui ne s’aiment plus. Pour le bonheur des enfants la solution idéale serait de rester ensemble et de continuer de s’aimer car le seul désir d’un enfant est de garder ses parents unis et près de lui, pour ça il faut savoir se remettre en question à 2. La séparation, je pense, doit se préparer ensemble si ça devient la seule issue possible mais la plupart du temps un des parents claque la porte pour fuir, il ne reste que la haine et c’est ce qui est dangereux pour les enfants qui se retrouvent tiraillés. Le dialogue est très important pour limiter les dégâts mais facile à dire et rarement possible à suivre.

    Aimé par 1 personne

  3. C’est vastement traité et malheureusement AUCUNE généralité ne peut être faite, à cette échelle on ne peut que supposer. Chaque enfant réagit différemment. Un enfant peut développer un mal-être parce que ses parents ne s’entendent pas, il peut en développer un parce que ses parents se séparent, un autre parce qu’il n’a jamais connu ses parents ensemble ou encore même un autre parce que l’un des parents (ou les deux) refait/-ont sa/leur vie et est/sont heureux. Dialogue ou non, la séparation engendrera un mal-être, le conflit aussi et l’arrivée d’une nouvelle personne au sein du foyer également. Pas forcément au même moment, pas forcément au même âge ou à la même période. Le mal-être sera assumé ou enfoui mais il sera là, pour quelconque raison que ce soit, à partir du moment ou l’équilibre familial « normal » est brisé, même pour de « bonnes » raisons. Il n’arrivera qu’à le traiter et à l’accepter plus tard, notamment à l’âge adulte.

    Toutes les situations citées peuvent créer un noyau conflictuel chez l’enfant. Jusqu’à un certain âge, il sera incapable d’analyser la situation et de la comprendre DANS SA TOTALITÉ, comme peuvent le faire les adultes, malgré les explications. Il l’acceptera peut-être, ne montrera peut-être rien ou s’épanouira « normalement », ça ne veut pas dire que tout va bien intérieurement. Au mieux, il fera tout pour ne JAMAIS reproduire le schéma des parents. Au pire, il accumulera les troubles plus ou moins graves.

    Un ENFANT (et non un ado’) veut obligatoirement voir ses parents ensemble et dans de bonnes conditions parce que c’est le schéma imposé par la société. Les dommages collatéraux et les solutions telles que les séparations sont TOUJOURS une source de remise en question pour l’enfant. Ils n’ont pas la maturité et le recul suffisant pour COMPRENDRE (et non ENTENDRE) que : « c’est mieux ainsi », ce qui ne les empêche pas de relativiser pour autant.

    Le mieux à faire, si séparation il y a, c’est de toujours faire au MIEUX en pensant à l’enfant, afin de diminuer au maximum les répercussions négatives. Malheureusement ce n’est jamais aussi simple qu’on le prétend. L’enfant à l’âge adulte pourra dire : « j’ai vécu selon tel modèle parental, parents séparés, remariés et j’étais HEUREUX » ou je ne sais quoi d’autre. C’est possible que ce soit VRAI mais ce n’est pas un acquis. S’il a été heureux c’est évidemment parce que la famille a su œuvrer pour mais c’est surtout parce qu’il s’est rendu à l’évidence, a fini par appliquer ce qu’on lui a rabâché et a fait un travail sur sa propre personne. La pédopsych-iatrie/-ologie est un domaine complexe.

    Amicalement

    Aimé par 1 personne

    1. Mes sujets, tu pourras le vérifier, sont toujours vastement traités pour laisser place aux débats. Je ne cherche pas à énoncer des vérités mais j’essaie de donner mon avis sans fermer les portes. :D
      Effectivement, certains enfants réagiront de tel ou tel manière suivant son caractère et sa manière d’appréhender les choses. Cependant, je pense aussi que les enfants ont une capacité à comprendre les choses que l’on met trop souvent en doute. Le tout est de prendre le temps de bien leur faire comprendre… Encore faut-il être dans une situation « idéale » lorsque la séparation s’amorce, c’est-à-dire que les parents ne passent pas leur temps entre reproche et colère.
      Rien n’est facile et surtout pas une séparation, encore plus quant il y a un enfant mais il faut, à mon avis, penser à l’enfant et aussi à soi.
      Oui, rien est acquis dans chaque domaine de la vie : l’amour, l’amitié, le travail… Il faut toujours se remettre en question et aller chercher le bonheur là où il se trouve.
      Alors, se trouve-t-il dans une relation qui se meurt malgré un enfant ?!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :